Banquet d’Automne 2012

« L’EFFERVESCENCE DE L’INVENTION : DE CHARLES CROS À NOS JOURS », 2-4 NOVEMBRE 2012

Présentation | Intervenants | Vidéos |Retour à Présentation Banquets d’Automne

PRÉSENTATION ET PROGRAMME

Au cœur des Corbières, dans l’Aude, ce Banquet est l’occasion de passer en revue des figures qui, au 19e et au 20e siècles, ont pris d’assaut les frontières établies entre les disciplines artistiques (musique, image, littérature…), scientifiques (physique, chimie, botanique, mathématiques, technologie, psychanalyse…), également les frontières qu’établissent les académismes qui figent la création, enfin les frontières entre la raison et la déraison, la vérité et le jeu, l’imaginaire et le réel. Ainsi, Charles Cros et les zutistes, le cabaret « Le chat noir », Alfred Jarry, Dada, les surréalistes, Jean Cocteau, Gherasim Luca, Raymond Queneau, l’Oulipo et jusqu’à Pierre Dumayet, dont les romans méconnus témoignent d’une inventivité débordante, nourrie notamment de la lecture de Queneau. Mais l’invention est déjà et avant tout jeu de langue. Ainsi, par exemple, de Charles Cros à Georges Pérec, se trouve créé et cultivé l’art du palindrome. Pour mémoire : « Élu par cette crapule » (Charles Cros) ou bien « Ce reptile lit Pérec » (G. Pérec).

Ce Banquet est placé sous les auspices de Charles Cros, né à Fabrezan en 1842, originaire d’une famille de Lagrasse, mort à Paris en 1888, inventeur et poète.

Vendredi 2 novembre 2012

10 h : Ouverture de la librairie et du bistrot du Banquet

15 h : Un bouillon de culture « fin de siècle » : esprit fumiste et invention, conférence introductive de Daniel Grojnowski

16 h 30 : L’Homme inachevé : Lecture d’un texte inédit de Gérard Bobillier, à propos de Charles Cros

17 h 30 : Charles Cros : « une aubade chantée dans le vide embaumé d’oxyde magnétique », par Yves Le Pestipon

18 h 30 : Lecture d’un choix de textes : Charles Cros, Raymond Queneau, Ghérasim Luca,

21 h 30 : Soirée-spectacle : L’Oral et Hardi, de et avec Jacques Bonnaffé, allocution poétique sur des textes de Jean-Pierre Verheggen

Samedi 3 novembre 2012

10 h :  Ouverture de la librairie et du bistrot du Banquet

11 h : Projection, suivie d’une discussion, du film de Robert Bober, En revoyant lire c’est vivre (2007, 58’)

15 h : Pierre Dumayet, lecteur, homme de télévision et écrivain, avec Jean-Baptiste Harang et Robert Bober

16 h :  Lecture d’extraits de textes de Georges Perec et de Pierre Dumayet

17 h 30 : La science, l’art et la fiction, conférence de l’astrophysicien et romancier David Elbaz

18 h 30 : Lecture d’extraits de roman de David Elbaz

21 h 30 : Lecture-spectacle : Violaine Schwartz lit et chante La Tête en arrière

Dimanche 4 novembre 2012

10 h : Ouverture de la librairie et du bistrot du Banquet

11 h : Projection, suivie d’une discussion, du film de Robert Bober, En remontant la rue Vilin (1992, 48’).

14 h  30 : « L’amour est un acte sans importance, puisqu’on peut le faire indéfiniment » : Alfred Jarry, par Annie Le Brun

15 h 30 : Lecture de textes d’Annie Le Brun

16 h 30 : Spectacle Magicosmologie en duo, David Elbaz, Marc Feld

Les invités des rencontres

Robert Bober. Né en 1931 à Berlin. En 1933, la famille Bober, juive d’origine polonaise, fuit le nazisme. Arrivée à Paris. Il deviendra assistant de François Truffaut. Réalisateur à la télévision depuis 1967. Auteur de 120 films documentaires. Grand prix (1991) de la SCAM pour son œuvre. En collaboration avec son ami Pierre Dumayet, il réalise des portraits d’auteurs tels que Queneau, Flaubert ou Perec, dont il était proche. Il publie des romans, dont Quoi de neuf sur la guerre ?, (P.O.L., Prix du Livre Inter 1994).

Jacques Bonnaffé. Comédien. Ses principaux rôles ont été tenus dans les films de Jean-Luc Godard (Prénom Carmen), Jean-Charles Tacchella (Escalier C), Jacques Rivette (Va savoir, 36 vues du Pic Saint-Loup), Michel Deville (Un fil à la patte), Jean-Marc Moutout (La Fabrique des sentiments), Emmanuel Bourdieu, Alain Corneau, etc., tous témoins d’un cinéma exigeant. Il poursuit également une carrière de théâtre avec de nombreux metteurs en scène : Denis Podalydès, Jean-Pierre Vincent, Alain Françon, Didier Bezace,… Il se consacre aussi à la poésie et aux lectures publiques : d’Arthur Rimbaud à Jean-Pierre Verheggen. Son équipe, la Compagnie Faisan, a reçu en 2009 un Molière pour L’Oral et Hardi.

David Elbaz, astrophysicien, chef de laboratoire au Commissariat à l’Énergie Atomique, enseignant. Ses travaux sur la formation des galaxies, récompensés par la Société Américaine d’Astronomie, ont permis de dévoiler les étoiles naissantes enfouies dans des cocons de poussière, dans les galaxies lointaines, et d’expliquer le mystérieux bruit de fond infrarouge de l’univers. Il publie des romans : …et Alice Tao se souvint du futur, Le Vase de Pépi, parus chez Odile Jacob, et diffuse les connaissances scientifiques par des conférences et des spectacles : La Tête dans les étoiles ; Magicosmologie en Duo, avec Marc Feld, etc. Il est aussi co-auteur du documentaire L’Astronome et l’Indien, réalisé par Sylvie Blum et Carmen Castillo pour Arte.

Marc Feld. Très tôt initié au secret de l’art de la magie par le maître Pierre Edernac. Suit les cours de l’École Jacques Lecoq et de l’École nationale du cirque d’Annie Fratellini. Il crée en 1994 sa compagnie, où il s’attache à croiser les arts avec écrivains, artistes, scientifiques, magiciens, etc. Dans un même élan de création, ses travaux de peintre, sa pratique de l’art magique, ses spectacles poursuivent une interrogation en perpétuel mouvement sur le réel, le jeu, la fiction et l’image. Parmi ses nombreux spectacles : La Répétition des erreurs d’après Shakespeare et P. Quignard, (Théâtre National de Chaillot 2005), La Tête dans les Étoiles (Scène Nationale de L’Oise 2011), etc.

Daniel Grojnowski. Professeur émérite de l’Université Paris VII, spécialiste de la littérature fin de siècle, Daniel Grojnowski  a publié chez Corti deux essais : Aux commencements du rire moderne, Photographie et langage (2002). Il a établi l’anthologie des fumistes (L’esprit fumiste et les rires fin de siècle) et l’édition critique de La Muse parodique. A également édité plusieurs auteurs aux éditions Garnier-Flammarion (Huysmans, Rodenbach, Allais, Laforgue), ainsi que Romans de la prostitution («Bouquins», R. Laffont).

Jean-Baptiste Harang, né en 1949 dans la Nièvre, critique littéraire, notamment à Libération jusqu’en 2007. L’Art est difficile (Julliard, 2004) rassemble ses chroniques où il dresse des portraits savoureux d’écrivains. Il est l’auteur de romans, parus chez Grasset, dont La Chambre de la Stella (Prix du Livre Inter 2006). Avec Nos cœurs vaillants (2010), il poursuit son exploration des zones d’ombres du passé, du Paris des années 50 à la colonie de vacances des « Cœurs Vaillants ». « (…) en ces pages rôde, on le pressent, un secret, un non-dit peut-être – rien de tragique, au contraire, une sorte de douceur plutôt, une promesse d’avenir.» Nathalie Crom, Télérama.

Annie Le Brun a participé aux dernières années du mouvement surréaliste. Persuadée que le lyrisme est le développement d’une protestation, aussi bien à travers ses poèmes que ses réflexions sur Sade, Jarry et quelques autres insoumis, elle n’aura cessé d’y voir une dimension manquante de la critique sociale. Auteur d’une quarantaine de livres – poésie et essais. Parutions récentes : Si rien avait une forme, ce serait cela, Gallimard, 2010 ; Ailleurs et autrement, Gallimard, 2011 ; Perspective dépravée. Entre catastrophe réelle et catastrophe imaginaire, éd. du Sandre, 2011 ; Les Arcs-en-ciel du noir : Victor Hugo, Gallimard, 2011 ; Appel d’air, rééd. Verdier poche, 2012.

Yves Le Pestipon.  Né en 1957. Ancien élève de l’E.N.S. Saint-Cloud, docteur ès Lettres, spécialiste de La Fontaine (il est un éditeur des Fables, chez GF Flammarion), professeur de chaire supérieure à Toulouse, il est également écrivain et poète d’action. Il a publié récemment : Nouvelles fables inutiles, Éd. Clapotements, 2007, Méfiez-vous du rêve de l’autre (Phosphène éditions, 2011), Je plie et ne romps pas, Éd. PURH, 2012,  La Suite anagrammatique de Victor Letel, Six tableaux de Philippe Vercellotti, Éd. Ancrées, 2012,

Violaine Schwartz. Comédienne et chanteuse. Elle joue au théâtre depuis 1990, sous la direction de Jacques Lassalle, Georges Aperghis, Marcel Bozonnet (Ophélie et autres animaux, de Jacques Roubaud), Ludovic Lagarde (Sœurs et frères, d’Olivier Cadiot), etc. Par ailleurs, sa formation de chanteuse l’a amenée à jouer dans des spectacles de théâtre musical, sous la direction notamment de Jacques Rebotier, Jean Lacornerie, Dominique Pifarély, et Zig Bang Parade de Georges Aperghis. Outre des pièces radiophoniques, elle écrit des romans, dont La Tête en arrière, paru chez P.O.L. en 2010.

VIDÉOS

  • Daniel Grojnowski, conférence inaugurale (intégrale) : « Un bouillon de culture fin de siècle : esprit fumiste et invention », le 2 novembre 2012 :
  • Jean-Baptiste Harang lit L’Homme inachevé, de Gérard Bobillier, le 2 novembre 2012 :
  • Yves Le Pestipon, conférence intégrale : « Charles Cros : une aubade chantée dans le vide embaumé d’oxyde magnétique », le 2 novembre 2012 :
  • Jean-Baptiste Harang, conférence intégrale : « Hommage à Pierre Dumayet », le 3 novembre 2012 :
  • Robert Bober, conférence intégrale d’hommage à son ami Pierre Dumayet, le 3 novembre 2012 :
  • David Elbaz, conférence intégrale : « La science, l’art et la fiction », le 3 novembre 2012 :
  • Annie Le Brun, conférence intégrale : « L’amour est un acte sans importance, puisqu’on peut le faire indéfiniment » : Alfred Jarry », le 4 novembre 2012 :