Banquet du Livre d’Été

Présentation | Édition de l’année
Échos et traces : 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 201420152016 | 2017

Atelier Boucheron

LE BANQUET du livre D’ÉTÉ : « penser »
présentation

Au moment de l’été, le Banquet s’ouvre au chantier de la Pensée. Il s’agit de questionner notre monde, d’affronter la question des fins dernières. Partant des impasses du « tout politique », ce Banquet d’été interroge la place de chaque-un dans la société et les possibilités d’un être-ensemble. Le grand laboratoire des idées est en mouvement…

Atelier philo

Atelier Philo du Banquet d’Été avec Françoise Valon

Dans un premier temps, et jusqu’en 2007, le Banquet d’été fut la seule action de l’Association Le Marque-Page.

Le premier Banquet d’été eut lieu en août 1995.

Hormis une interruption de trois années (2003-2005), le Banquet d’été sera reconduit chaque année, durant une huitaine de jours en août.

En voici l’historique à rebours.

 

  • 2017 (3-12 août) : penser rêver agir
  • 2016 (5-12 août) : Ce qui nous sépare, ce qui nous relie
  • 2015 (7 – 14 août) : Ce qui nous est étranger
  • 2014 (2 – 9 août) : Qui est nous aujourd’hui ?
  • 2013 (1er – 10 août) : La communauté inavouable : questionnement sur l’être-ensemble
  • 2012 (4 – 11 août) : Ombre et lumière de la solitude.
  • 2011 (4 – 12 août) : L’Universel singulier.
  • 2010 (5 – 13 août) : Chaque-Un : contre la gestion politique du tous, le souci du chaque-un.
  • 2009 (1er – 8 août) : Ici, maintenant, au-delà du tout-politique.
  • 2008 (1er – 8 août) : Le monde existe-t-il ?
  • 2007 (3 – 10 août) : La Nuit sexuelle : autour de Pascal Quignard. Durant ce Banquet, la grande librairie temporaire est victime d’un attentat : un commando s’introduit nuitamment et arrose les livres d’un mélange d’huile de vidange et de fuel. 60 000 euros de livres seront détruits. En dépit de lourds soupçons, l’enquête s’est arrêtée et s’est soldée par un classement sans suite.
  • 2006 (12 – 18 août) : Idoles politiques, idoles des savoirs.
  • 2005 : Pause, pas de Banquet cette année-là pour des raisons pratiques (attente de travaux d’aménagement, programmés à l’abbaye).
  • 2004 (6 – 13 décembre) : Un voyage avec (ou sans) Rimbaud, à Addis Abeba et à Harrar (Éthiopie) : le Banquet s’exile en Éthiopie.
  • 2003 (24 – 28 février) : New writing in France and America, à Tallahassee, Floride : sur l’invitation de la Florida State University, le Banquet s’exporte aux États-Unis.
  • 2002 (11 – 16 août) : La Caverne. Le clair et l’obscur chez Roland Barthes.
  • 2001 (12 – 17 août) : La Caverne. Ombre et Lumière chez Michel Foucault.
  • 2000 (13 – 15 août) : La Parole errante. Autour d’Armand Gatti.
  • 1999 (10 – 15 août) : L’esprit et la lettre.
  • 1998 (6 – 16 août) : Dire la vérité.
  • 1997 (7 – 17 août) : Crimes et vertus.
  • 1996 (8 – 18 août) : Des plaisirs.
  • 1995 (1 – 13 août) : La vigne et le vin.

 

LE BANQUET du livre D’ÉTÉ 2018

Dans la confusion des temps.

 

Jeudi 2 et vendredi 3 août, en prélude au Banquet
Séminaire de philosophie avec Gilles Hanus.

Samedi 4 au samedi 11 août
Ateliers, Séminaires, Rencontres, Conférences, Lectures, Conversations, Rebonds,  Librairies…

Nous sommes entrés dans une zone de turbulences, dans l’un de ces moments où les événements semblent nous échapper. Partout, l’imprévu, sinon l’imprévisible, se manifeste et s’impose, bouleversant ce que nous pensions être, malgré tout, un certain ordre du monde : crise des réfugiés, tensions internationales nouvelles, présidences hasardeuses jusqu’au sommet des « grandes puissances », fiertés nationalistes à nouveau conquérantes, terrorisme de grande ampleur…

­La figure du monde change brutalement et cette brutalité, sidérante, empêche d’abord de voir et de comprendre ; elle bouscule les vies et les habitudes de pensée, et nous plonge dans la confusion, c’est-à-dire dans la conscience simultanée de la nouveauté de la situation et de notre impuissance à la penser avec justesse.

­Face à une telle confusion, sommes-nous totalement désarmés ? Ne pouvons-nous, ne devons-nous maintenant chercher à faire de la lumière ? Non pas renouer avec les anciens outils de pensée, non pas retomber sur nos pieds comme si de rien n’était, mais nous hisser à la hauteur de ce qui nous arrive. Fourbir les armes de la pensée, de l’écriture, de la poésie, etc. pour dissiper quelque peu l’obscurité.

­Et saurons-nous rester attentifs à la forme que prennent nos combats, à l’instar du voleur d’Apollinaire ?
Je me souviens ce soir de ce drame indien,
Le Chariot d’Enfant un voleur y survient
Qui pense avant de faire un trou dans la muraille,
Quelle forme il convient de donner à l’entaille
Afin que la beauté ne perde pas ses droits,
Même au moment d’un crime
Et nous aurions je crois,
À l’instant de périr nous poètes nous hommes-là
Un souci de même ordre à la guerre où nous sommes ?
Chant de l’honneur, Guillaume Apollinaire

Le programme est en cours…

Les entrées sont libres et gratuites, sauf pour les rencontres de l’après-midi.
5€ par jour, gratuité avec la carte d’adhérent 2018.

La librairie «  le nom de l’homme  » et le café
Ouverts de 10 h à 00h
Au-delà de ses ouvrages de fond en littérature, philosophie, histoire, livres pour la jeunesse, etc., la librairie offre une sélection de livres autour du thème de ce Banquet.
Le café propose boissons chaudes, jus de fruits naturels, sirops, vins et sodas.

La restauration
Midis et soirs entre 12 h 30 et 14 h, et 19 h 30 et 21 h, Thibault Olivier propose des repas dans les jardins de l’abbaye, réservation sur place.

L’hébergement
Office du tourisme : 04 68 43 11 56 – www.lagrasse.com